Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Office de tourisme d’Ecouen

Le télégraphe de Chappe

Le 12 juillet 1793 a lieu sur le haut de la colline du village d’Écouen la première expérience officielle de transmission optique aérienne réussie d’un message sur une distance de 26 km entre Ménilmontant et Saint-Martin-du-Tertre par le poste relais d’Écouen, une opération considérée aujourd’hui comme l’acte de naissance des télécommunications.

ICI > Visite virtuelle d’Écouen à Saint Martin-du-Tertre au XVIIIe siècle..

L’expérience ayant réussi, Le 4 aout 1793, le Comité de Salut Public ordonne la construction de la première ligne télégraphique de l’histoire entre Paris et Lille (zone des conflits militaires). L’inventeur Claude Chappe fit réaliser la construction de 16 puis 23 stations entre le pavillon de l’horloge du Louvre et l’église Sainte-Catherine à Lille distants de 230 km. En effet, le télégraphe pouvait transmettre un message de Paris à Lille en seulement 32 minutes, au moyen de trois bras articulés formant des figures (signaux codés) répercutées de poste en poste, tous les 10 km.

Aujourd’hui l’Office de Tourisme vous présente cette fabuleuse histoire à travers son nouvel espace permanent "Le télégraphe d’Écouen".

Espace du télégraphe à l’Office de tourisme, visite virtuelle.

Historique

C’est à la fin du XVIIIème siècle (1793) que Claude Chappe invente un nouveau type de communication à partir d’un système de bras mobiles installé sur les hauteurs.
A cette époque, la France est engagée à la suite de l’exécution de Louis XVI dans des guerres intérieures et extérieures.
GIF - 235.4 ko
Claude Chappe

L’expérience, sous le contrôle de trois commissaires, permit de transmettre un message en 11 minutes entre Ménilmontant (Cimetière de Belleville - Paris aujourd’hui) et Saint-Martin-du-Tertre, deux communes distantes de 25 km. Saint-Just lui même se rendra à Écouen pour suivre l’expérience.
Le Télégraphe de Chappe est accueilli avec enthousiasme par le gouvernement révolutionnaire. Il doit permettre d’échanger, entre Paris et les frontières envahies, les messages nécessaires aux armées.

En effet, l’usage du Télégraphe restera réservé à l’Etat, à des fins principalement militaires.
Le principe est le suivant : envoyer rapidement et sur une longue distance des dépêches en utilisant un réseau de tours pour transmettre à vue des signaux.

Le système est basé sur le fonctionnement de bras mobiles placés au sommet d’un bâtiment ou d’un monument déjà existant.

Chaque figure représentée par les bras correspond à un signal codifié. Sauf urgence, la transmission des messages intervenait à heures fixes. Le stationnaire, ou télégraphiste, ne comprenait pas les messages qu’il transmettait. Seul le Directeur, placé sur un lieu stratégique (Paris, Lille), était en mesure de coder et décoder les informations grâce à un manuel qui devait être tenu secret : le Vocabulaire.

Après plus d’un demi-siècle la télégraphie Chappe, dite aérienne ou optique, disparaît dans les années 1850, supplantée par les progrès extrêmement rapides de la télégraphie électrique, installée définitivement en France à cette époque avec le système Morse.

Descriptif technique de la machine

Le dispositif se composait d’un mât vertical sur le toit de chaque station, maisonnette, tour ou église d’environ 5,00 m portant un grand bras orientable appelé régulateur de 5,32 m. A chaque extrémité du régulateur étaient fixées 2 petites ailes complémentaires, mobiles elles aussi, longues de 2,24 m, les indicateurs.

L’ensemble du dispositif était relié par poulies et câbles à un manipulateur à hauteur d’homme situé à l’intérieur de la station. Ce manipulateur permettait d’actionner chaque élément du mécanisme indépendamment les uns des autres.

Le stationnaire, nom donné à l’opérateur qui reproduisait les signes observés à la lunette sans comprendre les signaux observés. Seuls les directeurs de la ligne au départ et à l’arrivée étaient à même de comprendre le sens du message qui circulait.

92 signes étaient réalisables, chaque signe représentait un nombre de 1 à 92. Le premier signal indiquait la page d’un livre de 92 pages comportant 92 lignes. Le deuxième signal indiquait le numéro de la ligne. Chaque ligne exprimait une phrase ou un mot. 8464 mots ou expressions étaient inscrits sur le livre secret...

La presse en a parlé

Grande exposition "UN TÉLÉGRAPHE OPTIQUE A ÉCOUEN" En savoir plus

Visite virtuelle de l’exposition d’automne 2010.

PDF - 630.4 ko

Article de L’Écho Régional

Actualité Chappe

L’actualité de la F.N.A.R.H
PDF - 133.4 ko
Actualité FNARH info - 212
PDF - 73.5 ko
Actualité FNARH info - 214
PDF - 148.5 ko
Actualité FNARH info - 215
PDF - 892.4 ko
Actualité FNARH info - 218
PDF - 1.7 Mo
Actualité FNARH info - 220
PDF - 66.6 ko
Actualité FNARH info - 221
PDF - 82.9 ko
Actualité FNARH info - 222
PDF - 861.9 ko
Actualité FNARH info - 229
PDF - 473.2 ko
Actualité FNARH info - 231
PDF - 574.2 ko
Actualité FNARH info - 234

Source : www.fnarh.com



Sortie du livre "Un télégraphe à Écouen" - Sep. 2011 - 70 pages, plus de 100 illustrations. Renseignements : Office de Tourisme - Tél. : 01 39 90 85 32

Pendant qu’Écouen subit les profondes transformations de la Révolution française, le 12 juillet 1793, Claude Chappe et ses frères, dans un contexte économique et politique particulièrement hostile, réalisent une première mondiale dans le domaine de la télécommunication aérienne entre Ménilmontant, Écouen et Saint-Martin-du-Tertre.
C’est avec passion que Jean Michel Motta et Alain Kesler nous communiquent l’historique de leurs recherches, le contexte politique et scientifique qui favorisa cette première expérimentation et la création de la ligne du Nord qui révolutionna la correspondance entre le gouvernement installé aux Tuileries et les armées républicaines sur le front nord.


Pour visiter l’espace du télégraphe aérien s’adresser :
- soit à l’Office de Tourisme - Tél. : 01 39 90 85 32
- soit en direct sur internet (réponse sous 48h) avec ce formulaire :

Demande de visite guidée

Demande de visite guidée
Précisez le lieu [Obligatoire] :
:
[Obligatoire] :
:
:
[Obligatoire] :
:
Nombre :
[Obligatoire] :
[Obligatoire] :
[Obligatoire] :
[Obligatoire] :
:
:

Le télégraphe de Chappe

Portfolio

Le manipulateur du télégraphe du Trou d'Enfer (78)
Mentions légales | | Plan du site |  RSS 2.0
Office de Tourisme d'Écouen, Manoir des Tourelles, place de l'église, 95440 Écouen - tél : 01.39.90.85.32 - un e-mail ?